Digitalisation des entreprises 1/3 : quels sont les freins et comment les lever ?

Digitalisation des entreprises

Après vous avoir donné les clés du marketing digital, nous vous proposons une nouvelle trilogie consacrée cette fois-ci à la transformation digitale des entreprises. Premier volet d'une saga à suivre !

Trop compliquée, pas les moyens, mal accueillie, mal sécurisée : telles sont les craintes des entreprises françaises face à la transformation numérique. Pour les 20% de PME/ETI réticentes à entamer ce virage, BpiFrance prédit même une pure et simple disparition d'ici 2020. Retour sur une enquête menée fin 2017* auprès de plus de 1 800 dirigeants, qui met en lumière les 5 principaux freins à la digitalisation... et les arguments pour les surmonter.

 

La transformation digitale : un sujet trop complexe pour 34% des dirigeants

Sur l'ensemble des dirigeants de PME/ETI interrogés dans le cadre de l'étude BpiFrance, 34% avancent la complexité comme frein n°1 à la transformation digitale de leur entreprise. Un argument directement corrélé à l'incertitude qu'induit la révolution numérique qui touche actuellement tous les secteurs d'activité, sans exception. Et la crainte est justifiée : la digitalisation ne consiste pas simplement à transposer un modèle existant aux formats web ou à adopter des outils en ligne. Un tel projet implique au contraire une profonde remise en question des business models, via notamment 3 aspects :

  • Placer le client au centre des préoccupations
  • Penser usages plutôt que produit
  • Songer écosystèmes vertueux plutôt que rapports de force concurrentiels

La transformation digitale est une véritable mue qui impacte la culture même de l'entreprise.

 

Le manque de compétences en interne : un frein à la digitalisation pour 32% des entreprises

Toujours selon BpiFrance, 32% des entreprises déplorent le manque de compétences en interne pour engager leur transformation numérique. Argument confirmé par une autre étude co-publiée en avril 2017 par l'Harvard Business Review et Microsoft*. Celle-ci identifie les 8 compétences indispensables pour réussir un projet de digitalisation :

  • Capacité à travailler avec des données (important pour 69% des sondés)
  • Capacité à travailler ensemble, collaboration (important pour 67% des sondés)
  • Compétences pointues en analyse de données (important pour 53% des sondés)
  • Capacité à automatiser des processus (important pour 47% des sondés)
  • Compréhension des enjeux liés à l’UX design (important pour 43% des sondés)
  • Compétences IT pour l’ensemble des services (important pour 39% des sondés)
  • Expertise en développement mobile (important pour 37% des sondés)
  • Expertise Social Media (important pour 36% des sondés)
  Most important skills for 2020

Source de l'image : Competing in 2020: Winners and losers in the digital economy, Harvard Business Review et Microsoft – Avril 2017

Où trouver des professionnels qualifiés dans tous ces domaines de la digitalisation ?

  • Sur les plateformes de freelance comme Malt ou Crème de la Crème
  • Via un groupement d'employeurs
  • Du côté des Sociétés d'Accélération de Transfert de Technologies (SATT) et des Chaires d'université
 

Le manque de budget : un obstacle à la transformation numérique pour 28% des PME/ETI

Le manque de ressources financières (ou plutôt la crainte d'un investissement trop lourd pour des résultats non garantis) rend 28% des dirigeants français frileux vis-à-vis de la digitalisation. Ce frein est par ailleurs directement lié au facteur temps. En effet, pour une implémentation correcte, un projet de transformation digitale requiert un engagement sur la durée (sur 3-5 ans minimum) et rigoureusement planifié. Mais des sources de financement existent pour pallier ce problème, par exemple :

  • Le financement participatif (crowdfunding), via des plateformes comme Unilend, Lendix, KissKissBankBank, ou encore KickStarter
  • Les appels à projet de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR)
  • Les prêts de la Banque Publique d'Investissement (BpiFrance)
 

La résistance au changement : une source de découragement pour 28% des dirigeants

Vous êtes convaincu que la transformation digitale est une formidable opportunité pour votre société. Mais face au bouleversement des habitudes de travail que cela implique, vous appréhendez déjà les réactions sceptiques de vos collaborateurs, voire pire : réfractaires. C'est une inquiétude avérée pour 28% des chefs d'entreprise. Une transformation digitale réussie passe par :

  • Un leadership identifié avec des managers engagés et légitimes
  • L'implication des équipes opérationnelles dès les premières étapes de réflexion
  • Une phase d'évangélisation en interne (chaque collaborateur doit s'approprier le projet de digitalisation)

Moins de silos et de hiérarchie, plus de transversalité, collaboration agile, adoption de nouveaux outils numériques... Dans les secteurs d'activité peu connectés, cette libération de l'entreprise peut faire peur. Pour remporter l'adhésion, il faudra rassurer et expliquer les avantages concrets du projet. Pédagogie et persévérance seront vos maîtres-mots.

À ce sujet, n'hésitez pas à lire l'article Adopte un CRM : déployez efficacement votre outil de gestion de la relation client

 

La cybersécurité : un facteur bloquant pour 19% des entreprises

Chaque entreprise a des données sensibles à protéger. Où vont les informations stockées dans le Cloud ? Qui peut y accéder ? Quels sont les risques de se faire hacker ? Ces questions sont parfaitement légitimes, surtout depuis la médiatisation de cyberattaques d'envergure. Il est néanmoins intéressant de constater que seulement 19% des dirigeants évoquent la cybersécurité comme frein à la digitalisation de leur PME/ETI. Et pour cause : les avantages de la numérisation (mise à jour en temps réel, accès instantané depuis n'importe quel device, cryptage avancé, etc). compensent très largement les risques des moyens d'archivage conventionnels (incendie, inondation, coupure d'électricité). De plus, les frais de R&D engagés pour améliorer la sécurité numérique croissent de façon exponentielle.

Toutefois, voici quelques recommandations importantes avant de choisir le CRM sur lequel s'appuiera votre transformation digitale :

  • Vérifiez que les data centers sont bien en France
  • Privilégiez le principe de prévention en rappelant à vos équipes les bonnes pratiques à adopter en matière de consultation de sites, de partage d’informations par email, ou encore d’utilisation de supports externes (type clé USB)
  • Effectuez régulièrement des audits du système d'information, sécurisation des données
 

Plus d'excuse pour amorcer la transformation digitale de votre entreprise ! Téléchargez le guide gratuit « Mon projet CRM en 5 étapes »

 

À suivre :

  • Digitalisation des entreprises 2/3 : en quoi est-ce bénéfique pour votre business ?
  • Digitalisation des entreprises 3/3 : quel impact sur la relation client ?
 

*Histoire d’incompréhension : les dirigeants de PME et ETI face au digital – BPI France Le Lab – Octobre 2017

*Competing in 2020: Winners and losers in the digital economy