Affacturage et sociétés de recouvrement : des solutions pour faciliter la gestion de votre trésorerie

Affacturage et sociétés de recouvrement : des solutions pour faciliter la gestion de votre trésorerie

Pour les TPE et PME françaises, les retards de paiement sont un réel fléau entraînant parfois des conséquences dramatiques. Pour certaines d’entre elles se retrouvant en situation de trésorerie négative, il est impossible de se relever. Selon une étude menée en 2019 par Sellsy/YouGov auprès de plus de 200 TPE-PME, 4 entreprises sondées sur 10 ont affirmé que leur activité a été mise en danger à cause du non-respect des délais de paiement.

Quant à celles qui résistent, elles voient leur essor stagner, contraintes de puiser dans leurs réserves au lieu d’investir dans de nouveaux projets. 

Face à une situation qu’elles maîtrisent difficilement, et pour sortir de ce malaise temporaire impactant leur activité, bon nombre d'entre d’elles ont recours à des solutions de trésorerie à court terme. 

Petit tour d’horizon sur l’affacturage et les sociétés de recouvrement, deux alternatives courantes pour reprendre son souffle et sortir de cette crise financière passagère.

 

L’affacturage : une solution de financement rapide, mais coûteuse

Pour maintenir à flot leur trésorerie, certaines entreprises ont recours à l’affacturage. 

Le principe

Pratiqué en France depuis les années 1960, l’affacturage, ou factoring en anglais, est un mode de financement alternatif attirant. Il permet en effet de combler rapidement les besoins de trésorerie. Le concept est simple : la démarche consiste à céder ses créances à un organisme financier spécialisé (nommé le factor), afin de débloquer des fonds immédiatement. En échange de cette cession, le factor verse à l’entreprise une partie des montants des factures cédées.

Concrètement :

  •  L’entreprise en détresse financière contacte une société d’affacturage pour renflouer sa trésorerie. 
  • Cette dernière va bien sûr procéder à un audit du poste client afin d’en évaluer les éventuels risques.
  • L’entreprise souscrit ensuite un contrat d’affacturage avec l’organisme financier. Elle s’engage sur une partie ou l’ensemble de ses factures.
  • Le factor paie comptant le montant des factures non échues, dont il déduit sa commission d’affacturage ainsi que des frais d’ouverture de compte et de gestion.
  • Il en informe le client afin que ce dernier lui verse directement le paiement des créances, et s’assure du suivi du recouvrement des factures.

Les bénéfices de l’affacturage

Cette solution de financement à court terme présente des avantages non négligeables :

  • Une meilleure gestion de la trésorerie, l’affacturage permettant de renflouer les caisses rapidement sans solliciter un emprunt bancaire.
  • La disparition du risque d’impayés, la plupart des organismes de factoring garantissant jusqu’à 100% les créances qu’ils achètent.
  • Un allègement des charges administratives, l’entreprise délégant à la société d’affacturage le suivi et règlement de ses factures. 

Les inconvénients de l’affacturage

Si le factoring permet de s'affranchir des soucis de recouvrement, certains aspects du dispositif sont aussi contraignants :

  • Tout d’abord, son coût est un frein pour de nombreuses TPE et PME. Bien que les organismes d’affacturage proposent des tarifs attractifs, les frais liés à cette pratique restent élevés. D’autant plus que certaines dépenses supplémentaires se greffent parfois aux commissions annoncées initialement. Pour les entreprises dégageant des marges importantes, ce n’est pas un problème, mais dans le cas contraire, l’affacturage peut entraîner des difficultés financières.
  • De plus, il est fréquent que les organismes d’affacturage engagent l’entreprise sur plusieurs mois, voire années. Ce qui peut être une contrainte si elle ne souhaite pas se lancer sur du long terme.
  • L’externalisation du recouvrement peut également ternir la relation client. Si le factoring est généralement bien perçu par la plupart des entreprises, certains facteurs indélicats peuvent troubler la relation avec les clients.
 

La société de recouvrement : une option efficace qui a ses limites

Pour récupérer l’argent qui leur est dû, tout en restant dans le cadre d’une procédure amiable, certaines entreprises font appel à des sociétés de recouvrement.

Le principe

Afin d’éviter une procédure judiciaire pour faire plier leurs clients mauvais payeurs, les entreprises peuvent solliciter l’aide d’une société de recouvrement. Celle-ci va alors tout mettre en oeuvre pour obtenir le règlement attendu par le créancier, et ainsi le décharger de la gestion du recouvrement.

Une société de recouvrement gère de nombreuses missions, en fonction du contrat qu’elle a signé avec l’entreprise créancière :

  • Relances par courrier (lettre simple et/ou recommandée)
  • Prises de contact téléphoniques avec le débiteur (celui qui doit payer la dette)
  • Mise en place d’échéanciers
  • Encaissement de la dette du débiteur

Selon les sociétés de recouvrement, leurs prestations sont facturées au dossier (dès l’ouverture de ce dernier) ou au résultat. Dans ce cas, aucuns frais ne sont demandés au créancier tant que la dette n’a pas été soldée. Elles se rémunèrent ensuite en prélevant un pourcentage qui varie en fonction de la somme récupérée.

Les bénéfices d’une société de recouvrement

Tout comme pour l’affacturage, recourir à un cabinet de recouvrement peut s’avérer judicieux pour obtenir plus rapidement le paiement de vos impayés :

  • Vous bénéficiez de l’expertise d’un professionnel spécialisé dans le domaine du recouvrement amiable.
  • N’étant plus en contact avec votre client au sujet de ses factures impayées, vous préservez vos relations commerciales avec lui, vous n’êtes plus en première ligne sur un sujet délicat et sensible. 
  • Vous gagnez en productivité, vos ressources humaines n’étant plus en charge du recouvrement, elles peuvent se focaliser sur leur coeur de métier.

Les inconvénients d’une société de recouvrement

Là aussi, il est important de prendre conscience des limites d’un tel type d’action :

  • Même réalisé par un professionnel, le recouvrement reste limité. Ce recours amiable n’aboutissant pas toujours à un paiement, aucune garantie ne peut être donnée au créancier. Et les frais engendrés par la procédure seront pourtant à sa charge.
  • Certains cabinets de recouvrement n’hésitent pas à harceler le débiteur pour obtenir au plus vite la créance qu’il n’a pas payée. Ces pratiques malveillantes sont punies par l'article 222-16 du Code pénal. Face à une multitude d’acteurs dans le domaine du recouvrement, il est donc essentiel de porter son choix sur un cabinet oeuvrant de manière légale et de lui demander un compte-rendu régulier de ses actions. 

Affacturage, sociétés de recouvrement, s’il n’existe pas de formule magique pour se faire payer, ces solutions présentent néanmoins des options intéressantes. Mais en matière de retard de paiement, rien ne doit être laissé au hasard. Pour être plus proactif et agile, vous devez vous tourner vers des solutions digitales innovantes. Un logiciel de gestion en ligne vous offre ce confort pour réduire considérablement vos délais de paiement et retrouver une trésorerie saine et pérenne.

 

Sur le même sujet, ce livre blanc "5 étapes pour réduire vos délais de paiement" devrait également vous intéresser :

 

Télécharger le livre blanc