Paiement en plusieurs fois : et si vous vous débarrassiez de la boîte à chèques ?

Paiements en plusieurs fois

Nous avons beau être en 2019, certaines habitudes ont la vie dure. Grand classique de la vie économique depuis des décennies, le paiement en plusieurs échéances d’une facture reste souvent traité avec des moyens archaïques, et notamment la fameuse “boîte à chèques”.

Qui n’a jamais trouvé un arrangement avec un fournisseur pour le payer en plusieurs fois avec des chèques à encaisser plus tard ?

Cette pratique ancestrale, qui perdure dans de très nombreuses entreprises, comporte un certain nombre de défauts.

Explications.

 

Trois raisons pour oublier la boîtes à chèques

1. Le risque

Bien évidemment, vous n’avez aucun moyen de savoir si votre client sera solvable au moment où vous encaisserez son chèque.

Encaissez-le le mauvais jour, et il reviendra impayé. Que votre client soit de bonne foi ou pas, vous entrez dans une dimension contentieuse qui s’accompagne de coûts bancaires, et c’est à vous de gérer les relances.

2. Le temps perdu

Le traitement administratif des chèques est à la base un système très manuel et non optimisé.

En gardant les chèques dans une boîte, c’est encore pire : vous devez suivre les dates de remise, tout réconcilier dans votre logiciel… Bref, un temps perdu qui pourrait être mieux utilisé par votre personnel administratif (ou vous-même si c’est vous qui vous en occupez).

3. La complexité

C’est une lapalissade, mais pour payer en plusieurs chèques, il faut… un carnet de chèques avec le nombre de chèques nécessaire (et même s’il ne vous en reste que trois sur votre carnet).

Ce client âprement négocié qui vous dit :

“Tant pis, je passerai plus tard avec mon carnet de chèques…”

Êtes vous bien sûr de le revoir ? Ne risque-t-il pas de se tourner vers un prestataire plus accommodant ?

 

Et si on essayait de moderniser un peu tout ça ?

Heureusement, les équipes de Sellsy, d’ailleurs également confrontées à ce problème, ont développé une solution 100% digitale pour gérer ce cas précis.

Voici comment cela fonctionne.

1. La gestion automatique des échéances

Quand vous créez une facture dans Sellsy, vous pouvez très facilement indiquer des échéances de règlement avec une souplesse totale.

Paiement en trois fois, en quatre fois, aux dates que vous désirez : c’est vous qui décidez.

Une fois la facture enregistrée, la gestion des échéances est entièrement automatique.

2. Le paiement automatique en ligne

Une fois vos échéances définies, vous pouvez adresser la facture à votre client assortie d’un lien de paiement.

Ce lien permettra à votre client de régler la première échéance. Au passage, Sellsy va sauvegarder son autorisation bancaire (en toute légalité et sécurité), afin de prélever les échéances suivantes, ce qui est également automatisé.

Un défaut de paiement sur l’une des échéances ? Pas d’inquiétude : le système est programmé pour retenter l’opération sur plusieurs jours.

Vous pouvez choisir deux modes de paiement à cet effet : soit la carte bancaire à travers notre module Stripe, soit le prélèvement SEPA à travers notre module GoCardless.

3. Un suivi à la vitesse de l’éclair

En adoptant un système 100% automatisé, vous passez d’une gestion lourde et passive, à une gestion agile et proactive.

Avec le paiement en ligne des échéances, vous ne gérez que les problèmes (client insolvable, carte en opposition, etc.) au lieu de faire des manipulations pour tous vos règlements. Ainsi, 90% de la complexité disparaît !

 

Convaincu ? Écoutez encore ces quelques arguments…

La prise d’empreintes va beaucoup plus loin que la gestion des échéances : à partir du moment où vous avez une empreinte bancaire (ou un mandat SEPA) sur un client, vous pouvez déclencher le paiement de n’importe quelle facture (avec l’accord du client bien entendu).

Vos clients seront les premiers à vous remercier : aujourd’hui, il est quand même beaucoup plus simple d’utiliser une carte bancaire professionnelle ou le prélèvement SEPA. Le chèque est une espèce en voie de disparition, autant s’y préparer de suite.

La sécurité de paiement de la carte bancaire et du SEPA reste assez imbattable par rapport au chèque : le seul moyen pour votre client est de faire opposition sur sa carte ou de dénoncer le mandat.

Vous nous remontez souvent que Stripe et GoCardless sont chers. C’est vrai par rapport au marché classique de la VAD (vente à distance) en France, mais c’est également à mettre en perspective avec la productivité gagnée. Que représentent 150€ de commission quand vous ou votre comptable avez gagné 10 heures travaillées par mois ?

 

OK vendu, comment est-ce que je mets cela en place ?

Alors, si vous êtes déjà client Sellsy, c’est très simple. Il suffit d’activer un des modules de paiement concerné dans votre compte et de choisir le mode de paiement “Par échéances” lors de la création de votre facture. Si vous avez besoin de plus d’infos, vous pouvez consulter la documentation ou nous contacter directement.

Si vous n’êtes pas encore client Sellsy, il suffit de créer votre compte d’essai à l’adresse suivante ou de demander une démonstration gratuite via ce lien.

Ce livre blanc peut également vous intéresser : "5 étapes pour réduire ses délais de paiement". Téléchargez gratuitement le livre blanc.