Abonnez-vous à nos contenus

Soyez informés par email de nos dernières publications pour ne rien louper.

Consultez notre Politique de confidentialité.

Bilan prévisionnel : définition, construction, exemples et analyses

Sommaire

La clé d’une bonne gestion de trésorerie est l’anticipation. C’est le but du bilan prévisionnel. Son objectif est de s’assurer que votre entreprise sera viable et surtout d’en convaincre votre banquier. C’est donc un élément essentiel de votre business plan, qu’il ne faudra pas négliger. Sa réalisation peut nécessiter l’aide d’un professionnel, mais cela en vaut la peine ! Il ne s’agit pas d’être sûr de l’état de votre trésorerie plusieurs années à l’avance, mais simplement de prévoir du mieux possible les dépenses nécessaires et les recettes prévisibles. Il est évident que ce bilan ne sera pas exact, c’est pourquoi il doit évoluer et être réétudié de façon régulière afin de mettre à jour les données.

Qu’est-ce qu’un bilan prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel est un des éléments financiers du business plan. Il représente les finances prévisionnelles de l’entreprise à un moment donné et est utilisé dans deux cas :

  • lors de la création de votre entreprise, à travers le business plan
  • Comment sont utilisées les finances ?

Le bilan prévisionnel permet d’anticiper l’état de vos finances dans les prochaines années (2, 3 ou 5 ans plus tard). Il est créé pendant l’élaboration du business plan, puis mis à jour lors de chaque exercice comptable (qui revient tous les ans) car les prévisions évoluent en fonction de l’activité de l’entreprise, que ce soit au niveau des recettes ou des dépenses.

La définition des différents termes autour du bilan prévisionnel n’est pas toujours très claire et le bilan prévisionnel peut facilement être confondu avec le prévisionnel financier. Le bilan prévisionnel fait partie du prévisionnel financier (ou prévisionnel) qui comprend :

  • un bilan prévisionnel
  • un compte de résultat prévisionnel
  • un plan de financement
  • un tableau de trésorerie
  • des soldes intermédiaires de gestion
  • les charges les plus importantes (imposition, masse salariale, matières premières…)

Il est recommandé d’effectuer deux bilans prévisionnels différents : un premier plutôt optimiste (tout en restant réalisable), et un deuxième représentant la pire des situations. De cette manière, vous serez préparés à toutes les situations et pourrez y faire face.

Quelle est la différence entre le bilan prévisionnel et le bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel est une analyse spécifique de votre bilan comptable. Il est réalisable une fois que vous avez en main votre bilan, et permet de comprendre le patrimoine de votre entreprise afin de vous projeter.

Pour en savoir plus découvrez le guide intégral pour comprendre, analyser et exploiter votre bilan fonctionnel.

Le bilan prévisionnel quant à lui est une prévision de votre bilan comptable : il permet d’anticiper, à partir d’hypothèses, les finances futures de votre activité. On pourrait donc l’appeler “bilan comptable prévisionnel”.

De quoi est composé le bilan prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel est un tableau divisé en deux grandes parties : l’actif et le passif.

L’actif

L’actif correspond à ce que l’entreprise possède au moment du bilan. Il comprend des éléments qui ont une valeur positive pour l’entreprise et qui peuvent être utilisés, à plus ou moins long terme :

  • les créances
  • les stocks
  • les immobilisations corporelles et incorporelles
  • les disponibilités de l’entreprise

Le passif

Le passif, lui, représente la partie de la trésorerie que l’entreprise “doit” et qui a une valeur négative.

On y retrouve :

  • les capitaux propres
  • les dettes (financières, fournisseurs, fiscales, sociales)
  • les comptes courants d’associés
  • les découverts autorisés par vos banques

Pourquoi faire un bilan prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel est un élément comptable et financier indispensable. Il a plusieurs objectifs :

Faciliter vos demandes de financement

Le bilan prévisionnel démontre la solidité financière de votre entreprise pour aider à convaincre les différents organismes de financement et investisseurs que miser sur votre entreprise ne sera pas un risque pour eux.

Servir d’outil de prévision

Grâce au bilan prévisionnel, vous pouvez facilement vous rendre compte de la viabilité de votre projet, et l’adapter selon le résultat recherché. C’est donc un très bon outil de gestion et d’anticipation.

Calculer votre besoin en fonds de roulement (BFR)

Le bilan prévisionnel met en lumière vos dettes, créances et stocks, vous permettant ainsi de déterminer votre besoin en fonds de roulement (BFR), c’est-à-dire le montant de trésorerie nécessaire pour supporter les décalages entre les entrées et les sorties.

Qui s’occupe du bilan prévisionnel ?

La plupart du temps, le bilan prévisionnel est réalisé par le dirigeant de l’entreprise. Cependant, il est fortement conseillé de s’entourer d’un expert comme le comptable ou l’expert-comptable, si vous n’avez pas l’habitude. Si vous avez déjà effectué un bilan prévisionnel pour une autre entreprise, il est tout à fait possible de reprendre ce dernier pour s’en inspirer.

Il peut également être fait directement par l’expert-comptable dans le cadre du business plan ; ou bien par le contrôleur de gestion s’il s’agit d’une entreprise déjà créée.

Sur combien de temps faire un bilan prévisionnel ?

Pour créer un bilan prévisionnel, on se base toujours sur plusieurs années, pour avoir une vision à assez long terme. Le plus souvent, le bilan prévisionnel est réalisé sur 3 ans, mais il peut également être fait sur 2 ans, ou encore 5. Cela dépend du choix effectué pour le business plan. Si le business plan est fait sur 3 ans, le bilan prévisionnel sera aussi sur 3 ans.

Comment créer votre bilan prévisionnel ?

Pour construire votre bilan prévisionnel, la première étape sera de construire un tableau annuel. De nombreux exemples de tableaux déjà conçus existent sur internet et pourront vous aider à construire le vôtre. Vous en trouverez un ci-dessous.

Votre tableau doit comporter deux grandes parties : l’actif et le passif. L’actif en haut, suivi du passif en bas. On consacre une ligne à chaque type de passif ou d’actif. Pour les colonnes, ce sera selon le nombre d’années sur lesquelles s’étale votre bilan prévisionnel. La première année est nommée “N” puis les suivantes “N+1”, “N+2”...

Une fois que votre tableau est construit, vous devez rassembler toutes les données qui seront nécessaires à son remplissage. L’idée est de lister l’ensemble des ressources comprises dans l’actif et dans le passif et de préciser le montant. Ces ressources dépendent du type d’activité de votre entreprise (une entreprise d’architecture n’aura pas les mêmes dépenses qu’une librairie par exemple).

Avoir une idée de la somme nécessaire à chaque ressource est la partie la plus difficile, surtout quand on n’a pas l’habitude. C’est pourquoi il peut parfois être nécessaire de demander l’aide d’un professionnel. Si vous avez déjà une entreprise existante, vous pouvez tout à fait vous appuyer sur ses données pour faire des prévisions réalistes.

Voilà les principaux éléments de votre bilan prévisionnel :

L’actif

On distingue l’actif immobilisé :

  • Les investissements : ils comprennent tout ce qui sera investi pour votre activité et qui servira durablement. On en distingue 3 types : les immobilisations incorporelles (fonds de commerce, brevets, marques…), les immobilisations corporelles (terrains, locaux, véhicules, matériel informatique, mobilier, machines…) et les immobilisations financières (prêts, actions, titres, cautions, dépôts de garantie…)

Et l’actif circulant :

  • Les créances : ce sont les sommes dues par vos clients suite à un service, traduites par des avances ou des factures impayées.
  • Les stocks : c’est-à-dire l’ensemble des biens appartenant à votre entreprise et lui permettant d'exercer son activité (matières premières, marchandises…)
  • La trésorerie : elle regroupe l’argent contenu dans les comptes bancaires de votre entreprise, ainsi que ses fonds de caisse. On peut aussi y mettre les valeurs mobilières de placement, c’est-à-dire les actifs acquis en vue d’une revente immédiate.

Le passif

  • Les capitaux propres : comme le capital social ou les bénéfices antérieurs non distribués.
  • Les dettes financières : ce sont les dettes à rembourser suite aux financements utilisés à la création de votre projet. Il peut par exemple s’agir d’emprunts, d’apport de comptes courants d'associés...
  • Les dettes fournisseurs : elles reprennent l’ensemble des biens acquis pour votre activité. Souvent, les fournisseurs acceptent un délai de paiement, ce qui vous oblige à faire apparaître ces dettes dans votre bilan prévisionnel.
  • Les dettes fiscales et sociales : ces dettes regroupent toutes les dettes ayant un rapport avec l’activité de votre entreprise. On y retrouve notamment les impôts, la TVA due, les salaires, les dettes des organismes sociaux…

Une fois toutes ces informations récoltées, votre bilan prévisionnel n’a plus qu’à être rempli ! Vous pourrez ainsi lire facilement vos prévisions et vérifier que votre bilan est équilibré.

Exemple de bilan prévisionnel

Voici un exemple de bilan prévisionnel à réutiliser, en adaptant les différentes parties en fonction de votre activité :

Comment lire un bilan prévisionnel ?

Une fois votre bilan prévisionnel effectué, il faut savoir le lire et l’interpréter correctement.

Dans la partie haute du tableau, vous trouverez tout ce qui concerne l’actif. Il représente ce que l’entreprise possède. L’actif immobilisé d’une part : le matériel, les locaux, le fond de commerce…) et l’actif circulant d’autre part (les stocks, les créances, la trésorerie).

Ensuite vous trouverez le passif, qui lui, représente ce que l’entreprise a payé ou doit payer pour lui permettre de se procurer les éléments de l’actif. On y trouve les capitaux propres (le capital, les réserves, le résultat) et les dettes (dettes financières, dettes fournisseurs).

Plus vous descendez visuellement dans le tableau, plus vous trouverez des biens mobilisables à court terme.

Pourquoi est-il important d’équilibrer votre bilan prévisionnel ?

Ce qui fait un bon bilan prévisionnel, c’est son équilibre : c’est le principe de l’équilibre financier. Votre bilan prévisionnel doit être équilibré, c’est-à-dire que la somme totale contenue dans l’actif doit être égale à celle du passif. Cela prouve l’équilibre financier de votre projet, et donc, sa viabilité.

Si ce n’est pas le cas, il ne vous sera pas d’une grande utilité pour convaincre les banques et autres organismes de vous aider financièrement à effectuer votre projet. Avoir un bilan prévisionnel négatif reviendrait à prévoir de perdre de l’argent ! Au contraire, si votre bilan montre un résultat positif, cela montre une mauvaise gestion de votre trésorerie, qui n’aura pas été réinvesti.

Comment équilibrer votre bilan prévisionnel ?

Afin de vérifier l’équilibre de votre bilan prévisionnel, vous pouvez réaliser un calcul très simple : Total de l’actif - Total du passif. Le but est d’obtenir un résultat nul, signe d’un budget équilibré et d’un projet viable.

Si le résultat est positif, cela signifie que vous avez plus d’actif que de passif. Dans ce cas, le bilan doit être rééquilibré en augmentant le passif. Vous pouvez par exemple prévoir d’embaucher un nouvel employé, ou bien faire l’acquisition de matériel de qualité pour un travail plus efficace…

Si le résultat est négatif, vous êtes en perte. Il faut donc supprimer cette différence en augmentant l’actif, ou en diminuant le passif. Voilà quelques opérations possibles pour rééquilibrer votre bilan :

  • Réduire la rémunération des dirigeants
  • Prévoir un financement supplémentaire
  • Privilégier une location de locaux plutôt qu’un achat direct

Quelles sont les limites du bilan prévisionnel ?

Malgré tous les avantages du bilan prévisionnel, il y a également quelques contraintes à prendre en compte :

  • Le bilan prévisionnel ne prend en compte les finances de votre entreprise qu’à un instant donné, ce qui n’est pas très fiable puisque celles-ci changent tout au long de l’année (notamment en fonction des différentes périodes de l’année où l’activité ne sera pas la même).
  • Le bilan prévisionnel ne peut pas être totalement fiable puisqu’il se base uniquement sur des prévisions. Il pourra évoluer si vous faites des choix différents de ceux prévus à l’origine. De plus, les imprévus sont inévitables et auront donc un impact sur votre bilan.

Conclusion

Le bilan prévisionnel n’est pas l’élément le plus simple à élaborer, mais il a une importance capitale dans le business plan. Il permet d’avoir une vision assez précise de ce que votre entreprise possède et de ce qu’elle peut utiliser. C’est un moyen de suivre vos finances, de prévoir votre activité en fixant vos objectifs prévisionnels, et de comparer la réalité à vos objectifs au fur et à mesure. S’il est bien réalisé, il vous permettra de ne pas être pris au dépourvu lors de la clôture de l’exercice.

Ce qu'il faut retenir

Qu’attendez vous pour enchanter vos équipes et vos clients ?

Essai gratuit 15 jours – Sans engagement

Essayer gratuitement