Abonnez-vous à nos contenus

Soyez informés par email de nos dernières publications pour ne rien louper.

Consultez notre Politique de confidentialité.

Besoin en fonds de roulement : calculs, interprétations et analyses

Sommaire

Le besoin en fonds de roulement, ou BFR, est une notion comptable à ne pas négliger. Elle découle des décalages d’encaissements et de décaissements de votre entreprise, qui peuvent créer des baisses de trésorerie importantes. C'est un indicateur à suivre de près pour une bonne gestion de trésorerie. Adapter votre fonds de roulement en fonction de votre besoin en fonds de roulement est donc essentiel si vous souhaitez garder une trésorerie équilibrée. C’est également un très bon indicateur de la bonne santé, ou non, de votre entreprise. Vous devez donc savoir le calculer, mais surtout, le gérer au mieux pour avoir une trésorerie en bonne forme.

Pour aller à l’essentiel, voici la formule pour calculer votre Besoin en Fonds de Roulement :

BFR = Les créances clients + les stocks - les dettes fournisseurs

On vous explique la formule avec un exemple juste en dessous.

Qu’est-ce que le besoin en fonds de roulement ?

Le besoin en fonds de roulement (BFR) peut être comparé à un “coussin de survie”. C’est une partie de votre trésorerie qui n’a pas pour but d’être utilisée, mais seulement de combler les trous de trésorerie résultant du décalage qui peut s’observer entre vos encaissements et vos décaissements.

Ces trous s’expliquent par les délais de paiement, plus ou moins longs, de vos clients. C’est-à-dire que le décaissement (indispensable à la vente de votre bien ou service) précède l’encaissement (dont le délai peut être négocié). Il en va de même pour les stocks, qui sont acquis à l’avance mais vendus au fur et à mesure. Vous devez donc “avancer” de l’argent avant de récupérer le fruit de vos ventes. Connaître votre BFR permet donc de continuer à assurer les dépenses de votre entreprise, notamment les charges, en attendant les prochains encaissements.

Quelle est la différence entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement ?

Le fonds de roulement, aussi appelé fonds de roulement net global (FRNG), représente l’ensemble des ressources stables de votre entreprise disponible à moyen et à long terme. Il permet de financer les dépenses courantes de votre entreprise : dettes fournisseurs, salaires, charges… C’est une somme toujours disponible pour faire face aux décalages de trésorerie.

Selon l’activité de votre entreprise, le fonds de roulement peut être calculé de plusieurs manières :

  • Fonds de roulement = capitaux permanents - actifs immobilisés
  • Fonds de roulement = ressources stables - emplois stables
  • Fonds de roulement = actifs à court terme - passifs à court terme

Le besoin en fonds de roulement correspond à la somme dont votre entreprise à besoin pour faire face à ses dépenses courantes, tandis que le fonds de roulement correspond à la somme dont elle dispose réellement en trésorerie. Le but est donc d’obtenir un FRNG égal au BFR.

Pourquoi calculer votre besoin en fonds de roulement ?

Il est essentiel de calculer votre BFR, car celui-ci vous permet d’avoir une idée de la somme nécessaire à garder sur vos comptes bancaires pour éviter une baisse trop importante de trésorerie.

Ce BFR vient du fait qu’il existe un décalage entre le moment où l’entreprise achète son stock, et le moment où elle vend son produit. Très souvent, les délais de paiements sont négociés (que ce soit du côté des clients comme des fournisseurs), car tout le monde cherche à être payé au plus vite, et à payer le plus tard possible. Le but de ces négociations est donc de réduire le plus possible ce décalage, mais celui-ci reste présent la plupart du temps.

Calculer et gérer son besoin en fonds de roulement est donc une manière d’anticiper vos décalages de trésorerie pour ne pas être surpris et ne pas avoir à faire face à une baisse de trésorerie.

Comment calculer votre besoin en fonds de roulement ?

Formules pour calculer son BFR

Le BFR peut être calculé assez facilement avec les données du bilan comptable. Il est le résultat d’un calcul simple entre l’actif circulant et le passif circulant (c’est-à-dire l’argent que possède l’entreprise grâce à son activité et celui qu’elle doit) :

BFR = Actif circulant - Passif circulant.

On peut traduire le calcul du BFR de cette manière :

BFR = stocks + créances clients - dettes fournisseurs

Si besoin, il est également possible de convertir le BFR en chiffre d’affaires par jour, afin de se rendre compte de la partie du chiffre d’affaires journalier à consacrer au BFR. Voici la formule à utiliser :

BFR (en jours de chiffre d’affaires) = (BFR / Chiffre d’affaires annuel HT)*360

Exemple de calcul du BFR

Prenons l’exemple d’une entreprise ayant les données suivantes :

  • Chiffre d’affaires : 1 000 000€
  • Achats : 400 000€
  • Stocks d’achats : représentent 2 mois d’achats HT
  • 50% des clients paient à 30 jours, 25% à 45 jours et 25% à 60 jours
  • 70% des fournisseurs sont à payer sous 30 jours et 30% sous 60 jours

On peut commencer par calculer les délais de paiements :

  • Délai de paiement moyen des fournisseurs = 70%*30 + 30%*60 = 39 jours
  • Délai de règlement moyen des clients = 50%*30 + 25%*45 + 25%*60 = 41,25 jours

Puis, on peut calculer les composantes du BFR :

  • Créances clients = 1 000 000 * 1,20 * (41,25/365) = 135 616€
  • Stocks de marchandises = 400 000 * (2/12) = 66 666€
  • Dettes fournisseurs = 400 000 * 1,20 * (39/365) = 51 288€

Et on en déduit le BFR :

BFR = 135 616 + 66 666 – 51 288 = 150 994€

Cette entreprise à un besoin en fonds de roulement de 150 994€. Dans la mesure du possible, elle doit conserver cette somme dans sa trésorerie pour éviter d’être en cessation de paiement.

Comment interpréter votre besoin en fonds de roulement ?

Que signifie un BFR positif ?

Si votre BFR est positif, cela veut dire que vous payez vos fournisseurs avant d’être payé par vos clients : il y a un décalage dans votre trésorerie entre les décaissements et les encaissements. Ce n’est pas dramatique en soit, mais pour éviter une baisse importante de trésorerie il vous est nécessaire de préparer la somme nécessaire (le résultat obtenu lors des calculs précédents) pour financer vos besoins de trésorerie à court terme. Pensez aussi à revoir votre modèle économique pour faire baisser votre besoin en trésorerie (en encaissant plus rapidement vos clients par exemple).

Que signifie un BFR nul ?

Quand le BFR est nul, c’est que les emplois sont égaux aux ressources et que le flux de trésorerie est en équilibre. Si c’est votre cas, cela signifie que vous n’avez pas de besoin en fonds de roulement mais que vous n’avez aucun excédent à placer dans votre trésorerie nette.

Que signifie un BFR négatif ?

Avoir un BFR négatif, c’est plutôt bon signe. Cela veut dire que vous encaissez de l'argent avant de devoir le sortir. Vous n’avez aucun besoin en fonds de roulement et votre trésorerie est en bonne forme. Plus votre BFR est négatif, plus vous avez d’excédent qui pourra servir à financer votre trésorerie nette et soutenir vos investissements.

Qu’est-ce qui peut expliquer une augmentation du besoin en fonds de roulement ?

Le plus souvent, l’augmentation du BFR provient de la croissance de votre activité. Une augmentation de BFR n’est donc pas mauvais signe ! Cela vient du fait que plus l’activité est importante, plus les dettes et les stocks augmentent. Cependant, les délais de paiement, eux, n’ont pas changé donc le montant des sommes à avancer augmente.

Même si une augmentation du BFR est une bonne chose, puisque signe de prospérité de votre entreprise, il faut quand même chercher à le réduire au maximum, pour rééquilibrer votre trésorerie.

Comment réduire votre besoin en fonds de roulement ?

Pour maîtriser votre BFR, il faut aller voir à la source : les décalages de trésorerie. L’idée est simple : réduire ces décalages. Pour cela, vous avez plusieurs possibilités (qui peuvent être à cumuler, selon les besoins et possibilités).

Optimiser votre poste clients

Le poste clients est l’un des premiers postes sur lequel vous devez vous pencher pour optimiser votre BFR.

Pour cela, vous pouvez :

  • Réduire les délais de paiement : plus vous serez payé rapidement par vos clients, moins vous aurez de trésorerie à combler, et plus votre BFR tendra vers le négatif.
  • Demander un acompte : exiger un acompte au moment de la commande est une bonne manière de récupérer une partie du paiement rapidement, sans mettre en difficulté le client, et donc réduire la trésorerie à avancer.
  • Prévoir des délais plus courts pour les nouveaux clients : toujours dans le but de réduire les décalages de trésorerie, cela permet aussi de créer un avantage de fidélités pour les clients plus anciens.
  • Surveiller les paiements et relancer les clients : une fois les délais de paiement fixés, vous devez vous assurer que ces derniers sont respectés, et ne pas hésiter à relancer les clients ayant des paiements en retard.
  • Prévoir des pénalités de retard et des escomptes : faire payer plus cher les clients en retard est un bon moyen pour inciter vos clients à vous régler dans les temps. Attention tout de même, cela pourrait dégrader votre relation. De la même manière, vous pouvez “récompenser” les clients qui paient en avance avec un escompte (une réduction sur le montant de la facture).
  • Améliorer le processus de facturation : pour que celui-ci soit efficace et rapide. Le but est d’éviter toute erreur qui risquerait de retarder le paiement.

Optimiser votre poste fournisseurs

De la même manière, vous pouvez chercher à optimiser vos délais du côté des fournisseurs.

Pour cela, vous pouvez :

  • Augmenter au maximum les délais de paiements : dans ce cas, vous êtes dans la position inverse où vous devez chercher à avoir des délais les plus longs possibles. Veillez à respecter ces délais sans payer en retard afin de ne pas mettre en danger vos fournisseurs qui verront, eux, leur BFR augmenter.
  • Demander un acompte : même si ces derniers ne sont pas soumis aux mêmes normes qu’en France (où les délais de paiements sont de 60 jours maximum), nous vous déconseillons de faire appel à des fournisseurs étrangers ! Faites tourner l’économie locale.
  • Prévoir des délais plus courts pour les nouveaux clients : de bons fournisseurs peuvent vous garantir des délais de livraisons courts et donc une mise en vente plus rapide.

Optimiser les stocks

La dernière composante du BFR est le stock de marchandises. Vous pouvez donc chercher à optimiser la gestion de vos stocks pour améliorer votre BFR.

par exemple, vous pouvez :

  • Optimiser le flux de production : il est inutile de commander vos stocks trop tôt, au risque de créer une baisse de trésorerie inutile. De la même manière, les stocks doivent être toujours en mouvement (il est inutile de garder du stock immobile trop longtemps). Pour cela, il vous faut réduire les délais de livraisons et optimiser les quantités commandées.
  • Ne pas produire plus que nécessaire : ne pas produire plus que ce que le client a commandé est le mieux pour ne pas payer plus que nécessaire. C’est le principe du flux tendu.

Comment financer votre besoin en fonds de roulement ?

Après avoir calculé votre BFR, et vous être rendu compte que celui-ci était plutôt élevé, il est temps de trouver des moyens pour le financer. En effet, même s’il est parfois bon signe d’avoir un BFR élevé (car signe de croissance de l’activité), il est tout de même important de le réduire en augmentant votre fonds de roulement. Pour se faire, plusieurs solutions s’offrent à vous :

Utiliser vos fonds propres

Les fonds propres sont les premières ressources qui pourront servir à financer votre BFR. Ils peuvent venir de l’activité de l’entreprise, ou bien des financements des actionnaires. Avant d’être utilisés pour d’éventuels investissements, ils peuvent servir à financer votre BFR.

Faire un prêt bancaire

Le crédit à court terme est également un bon moyen de financer son BFR. Il est en général assez facile d’obtenir ce genre de crédit par la banque, puisqu’il s’agit d’anticiper la trésorerie, ce qui montre une bonne gestion de vos finances.

L’autre solution similaire est la facilité de caisse, c’est-à-dire un découvert autorisé, négocié avec votre banque, le temps du décalage d’encaissement. Cette solution n’est pas forcément la meilleure, puisqu’il ne s’agit que de quelques jours, mais peut être utile.

Opter pour l’affacturage

L'affacturage consiste à se faire racheter une partie des créances clients par un organisme extérieur (banque ou entreprise). Cet organisme s’engage alors à payer une certaine somme : le crédit assurance, qui dépend de la fiabilité du client.

Cela vous permet d’assurer une trésorerie constante et d’être sur d’être payé. C’est donc une solution avantageuse, mais qui n’est pas gratuite : les montants varient selon les solutions, dans tous les cas votre marge sera rognée.

Ce qu'il faut retenir

Qu’attendez vous pour enchanter vos équipes et vos clients ?

Essai gratuit 15 jours – Sans engagement

Essayer gratuitement